Radom 2018 (POL)

En 2018, la force aérienne polonaise fêtait ses 100 ans. Pour l’occasion elle avait multiplié les invitations pour célébrer cet anniversaire. Il se tenait à Radom fin août, à environ 100 kilomètres au sud de Varsovie. Pour vous y rendre, le plus simple est d’atterrir à Varsovie et de prendre une location de voiture. Le réseau routier polonais s’est considérablement amélioré et il vous faudra 1h30 pour rallier Radom.

Un constat sur les règles de sécurité en Pologne s’impose : les normes de sécurité ne sont pas celles rencontrées en France ou dans d’autres pays. La zone d’évolution des démonstrations se situe au sud de l’aéroport. C’est officiellement une zone fermée au public mais à partir de 7h du matin…Ainsi, si vous êtes matinal, vous pouvez passer devant les policiers en train de poser leurs barrières. Du moment qu’il n’est pas 7h, vous pourrez vous installer en toute tranquillité. D’ailleurs les autochtones ne s’y trompent pas en transformant leurs champs en parking, moyennant quelques zlotys. Et vous y trouverez sans problème des commerçants ambulants pour se restaurer.

Pour les spotters, deux zones se détachent. La première se situe sur une petite butte, avec vue directe sur la piste. Elle est très recherchée et rapidement envahie. La seconde se situe en retrait, dans les champs et les chemins. Elle offre l’avantage de l’espace et d’être juste sous la zone d’évolution.

En 2018, du fait d’un crash d’un Mig 29 début juillet, les forces aériennes polonaises sont restées au sol et ce sont les pays invités qui ont assuré le show. Et quel show ! malgré une météo exécrable, les démonstrations se sont succédées sans discontinuer. Quelques patrouilles avaient fait le déplacement depuis la Finlande, l’Italie, la Croatie, l’Espagne, la Suisse, la Jordanie et l’Italie pour animer le ciel polonais. La patrouille nationale Bialo-Czerwone Iskry volait sur des PZL TS-11 Iskra. C’était là une des dernières occasions de les voir puisque le retrait de ce modèle était annoncé pour décembre 2020

Bialo-Czerwone Iskry sur PZL TS-11 Iskra

Du coté des démonstrateurs, le plateau était bien rempli puisque nous avons pu admirer trois présentations de F-16 avec le grec « Zeus », le F-16 « Solo Turk » et Vador qui présentait le F-16 belge. Le Saab JAS 39 Gripen Tchèque, l’eurofighter allemand ainsi que le très remarqué JF-17 Thunder pakistanais ont tenu compagnie au Sukhoi Su-27 Ukrainien. Preuve de la proximité des démonstrations et de leur énergie, chaque passage déclenchait les alarmes des voitures, sorte d’applaudissements pour ces pilotes qui nous ont fait vibrer.

Su-27 ukrainien

Les démos civiles n’étaient pas en reste avec des patrouilles mixte mêlant Antonov AN-2 et petits Aero AT-3 R-100. On pouvait aussi admirer une patrouille de T-6 et PZL 130. La quasi-totalité de l’écurie des Red Bulls était là avec son B-25, son Corsair et ses alphajets.

Antonov AN-2 et Aero AT-3 R-100

Les voilures tournantes étaient aussi présentes avec une démonstration tout en puissance d’un Mil Mi-35 Hind (version d’export du Mil Mi-24). On comprend la crainte que pouvait faire naître cet hélicoptère quand il nous frôlait à quelques dizaines de mètres.

Mil Mi-35 Hind

La situation météo ayant empiré le second jour, c’est vers le statique que nous nous sommes dirigés sans regrets. C’est l’occasion unique de pouvoir admirer quelques pièces rarissimes. Un PZL P.11 tout juste restauré était exposé pour la première fois en dehors d’un musée. On pouvait rencontrer aussi sur le parking les différents modèles de la production aéronautique polonaise. Une opportunité pour les amateurs car ils sortent rarement de leurs frontières.

En 2018, la force aérienne polonaise fêtait ses 100 ans. pour l’occasion elle avait invité de nombreuses patrouilles et démonstrateurs pour célébrer cet anniversaire. Il se tenait à Radom fin août.
« de 3 »